Interview d’Adou Jean-Constant Atta, point focal BSF Campus en Côte d’Ivoire

 

Bonjour Adou, peux-tu nous dire en quelques mots ton parcours et les raisons qui t’ont amené à devenir point focal BSF Campus en Côte d’Ivoire ?

 

 

Bonjour, je me nomme Adou Jean-Constant ATTA, je suis professionnel des Sciences de l'Information Documentaire (SID) en service à l’École Normale Supérieure d'Abidjan (ENS), en qualité d'Assistant Conservateur de bibliothèque depuis 2007 (premier grade d'agent de conception dans l'administration publique ivoirienne) et Chef de Service Bibliothèque numérique-Site web depuis 2012.

Avant d'assurer la responsabilité de point focal BSF Campus en Côte d'Ivoire, j'ai eu le privilège de participer en 2014 au programme d'échanges internationaux des bibliothèques américaines qui me confère le statut de Visiteur international du Département d’État Américain (IVLP).

Je suis titulaire d'une Licence et d'une Maîtrise des Arts plastiques et d’un Diplôme Supérieur d'Action Culturelle (option Bibliothéconomie) à l'Ecole de Formation à l'Action Culturelle (EFAC) de l'INSAAC à Abidjan. Je me suis intéressé aux technologies documentaires après un stage effectué à l'Université Libre de Bruxelles (Belgique). Cela a motivé mon inscription au programme de Master des Sciences de l'Information Documentaire, option Technologie de l'information à l'EBAD de l'Université Cheick Anta Diop de Dakar que j'ai validé en 2011.

Depuis lors, mon engagement à approfondir mes connaissances en technologies documentaires et à partager mes expériences (séminaires, stages nationaux et internationaux) à l'endroit des professionnels ivoiriens en vue de transformer l'environnement documentaire en général, n'a cessé de croître.

C'est d'ailleurs la raison fondamentale qui a fortement motivé mon adhésion au programme de BSF Campus en tant que point focal en Côte d'Ivoire.

Selon toi qu’est-ce que BSF Campus peut apporter en Côte d’Ivoire ?

BSF Campus est une véritable porte ouverte de croissance, de transformation des bibliothèques des pays d'Afrique en général et en particulier de la Côte d'Ivoire. Ce programme combien novateur, contribuera certainement à améliorer la représentation des bibliothèques par la population dans le pays, à travers des actions concrètes à impacts social, culturel, économique et politique.

Le programme BSF Campus en Côte d’Ivoire, en dehors du renforcement des capacités des acteurs culturels, éducatifs et des TIC, constitue à mon sens une sorte de plaidoyer pour l'ensemble des systèmes documentaires à l'endroit de la tutelle.

Qu’as-tu découvert des Jeunes Leaders ivoiriens pendant le 1er atelier ?

D'abord, ce qui est passionnant est que les jeunes leaders bouillonnent d'idées, d'initiatives et ce premier atelier a véritablement permis de recadrer des aspects professionnels, tels que certaines pratiques et surtout des notions techniques.

Ensuite, Ils ont appris à identifier des actions réalisables à impacts mesurables dans un environnement et aussi à se projeter dans un avenir en tant qu'acteur culturel de développement.

Enfin, ce que j'ai trouvé extraordinaire, c'est cette synergie et cette compatibilité de travail manifestés en si peu de temps entre des jeunes leaders qui pour la plupart, ne se sont jamais rencontrés.

Aussi, certains leaders se sont rendus compte que dans le fonctionnement de la structure documentaire, le professionnel est davantage mis à contribution (au-delà par exemple de l'activité de prêt documentaire) à travers des services innovants.

Pour répondre littéralement à cette question, je dirais que les leaders ivoiriens ont du potentiel, de la fougue (en s'en tenant ne serait-ce qu'à l'activité de prise de parole et de plaidoyer) qu'il faut canaliser judicieusement et orienter vers des actions concrètes à impacts.

3 mots qui définissent selon toi la bibliothèque du 21ème siècle ?

Innovation – Production – Développement

Un dernier mot ?

BSF Campus est une initiative heureuse que nous (professionnels des sciences de l’information et de la documentation de Côte d'Ivoire) avons longtemps souhaité. C'est un programme bénéfique aussi bien pour les jeunes leaders, pour les passionnés du livre, de l'édition, des bibliothèques que pour les points focaux dans la mesure où il nous permet de renforcer nos aptitudes dans la conduite d'initiative au plan national. Je voudrais saisir l'occasion pour traduire ma gratitude à Jérémy LACHAL (Directeur de BSF) et ma reconnaissance à toute son équipe et experts associés avec lequel j'ai grand plaisir à travailler, pour le choix de ma personne en tant que point focal et le choix de la Côte d'Ivoire comme pays pilote, bénéficiaire du programme BSF Campus.

L'aventure continue avec BSF Campus !