Improving Child Health - L'Information au service de la santé infantile

Christine Danielle Evina a été sélectionnée pour être Jeune Leader BSF Campus au Cameroun. Elle vous présente son projet.

 

L’accès à l’information par les professionnels de la santé : Etat des lieux

 

À l’heure où les réseaux sociaux explosent, les nouvelles technologies de l’information et de la communication à travers les outils du web 2.0, modifient la production de l’information ainsi que leur mise à disposition. Pourtant, au Cameroun, le système d’information sanitaire est inopérant, fragmenté et non intégré, ne renseignant pas sur les besoins et le niveau de satisfaction des usagers ou du personnel sanitaire, ni sur les recommandations de bonnes pratiques spécifiques au contexte camerounais.

La difficulté de trouver une information de sources fiables ou des pratiques médicales probantes, représente un défi de taille dans la prise en charge des problèmes cliniques..

 

Les compétences informationnelles des professionnels de la santé 

 

Le besoin  d’information  apparaît  comme une véritable compétence documentaire à acquérir pour les professionnels de la santé et même pour tout autre acteur de la santé, pour qui une veille documentaire sur les avancées de la médecine perpétuelle est nécessaire. Lorsque le besoin s’impose, la recherche d’information chez les professionnels de la santé sur une pathologie quelconque, s’opère généralement dans les moteurs de recherche, à travers des questions non structurées. Surtout lorsqu’il n’existe pas de recommandations de bonnes pratiques à jour adaptées au contexte.

 

L’information comme aide à la décision médicale 

 

L’information demeure l’élément principal à la prise de décision. Elle permet au professionnel de la santé de mieux prendre en compte les attentes des patients et de leurs proches, de délivrer une information orale fondée sur les données scientifiques actuelles et sur les droits et la réglementation ; la compléter, si possible, avec des documents écrits fiables. Une information à jour collectée et communiquée aux acteurs de la santé en général, contribuerait à améliorer la qualité de l’état de santé des populations, à travers la dissémination des messages de prévention ou de prise en charge domiciliaire ou clinique. La mise à disposition rapide et dans les délais d’information sur la santé permettrait d’équiper ces acteurs des outils d’aide à la décision et contribuerait largement à traiter de bon nombre de problèmes de santé.

 

L’information au service de la santé infantile : Improving Child Health (ICH)

Afin de bien répondre aux besoins d’information et de faciliter l’accès continu à celle-ci par les professionnels de la santé et le grand public, il faudrait prendre en compte la validité, la fiabilité, l’autorité des sources ainsi que la qualité des contenus mis à disposition. Et dans un deuxième temps leur offrir des espaces d’information, de partage d’expérience, de réseautage et d’aide à la prise de décision médicale.

 

C’est dans cette perspective que le projet Improving Child Health (ICH) a entrepris de mettre sur pied une plateforme grand public d’échange, de veille informationnelle et d’animation visant à apporter aux parties prenantes intervenant dans la prise en charge de la santé infantile du Cameroun, les informations nécessaires pour la réduction de la mortalité des enfants de moins de cinq ans. Dans le détail, il s’agira d’offrir un service de veille informationnelle pour les pédiatres locaux / étrangers et les décideurs, d’organiser un réseau actif des acteurs de la santé infantile afin de favoriser la collaboration entre ceux-ci et de prévoir un espace ludique et éducatif destiné en priorité aux enfants (hospitalisés ou pas). La portée sociale du projet ICH est d’informer activement les professionnels de la santé et les acteurs socio-politiques impliqués dans la santé infantile, sur les stratégies de prévention et de prise en charge des enfants de moins de 5 ans. Et de développer leurs capacités / aptitudes sur  la recherche et l’analyse des données probantes relatives à cette question de santé encore pendante au Cameroun. Il s’agira également de créer les conditions de dialogue permettant aux femmes en postpartum de poser des questions et de discuter de problèmes éventuels, en particulier ceux liés aux facteurs d’insécurité.

 

En claire, une large diffusion de l’information auprès des différents publics : professionnels de la santé infantile, malades, proches et membres de la communauté médicale, décideurs, contribuera à :

§  Une meilleure (re)connaissance des maladies infantile au Cameroun pour une meilleure prise en charge,

§  Une meilleure visibilité des réseaux d’expertises et des  centres de référence,

§  Une réduction de la mortalité infantile.